Un lac turc cache des secrets d’un ancien royaume qui attend sa découverte.

Les anciennes civilisations nous ont laissé des monuments et des objets qui servent aujourd’hui d’indices sur le mode de vie de ces peuples ainsi que de leurs valeurs. Ces objets peuvent apparaître dans des endroits inattendus — même au fond d’un lac qui date de 600 000 ans.

Continuez à lire afin de découvrir ce que les archéologues ont trouvé sous ces eaux sombres et la raison pour laquelle il s’agit d’une découverte importante. Il existe encore plusieurs mystères à percer sur cette planète..

Les eaux du lac Van

lake-van-historical-discovery-01
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

Il y a un superbe lac dans la Turquie actuelle appelé lac Van. Il est connu pour ses eaux vivement turquoise. Les gens y visitent depuis des décennies afin d’admirer la majesté de la nature. Le lac se trouve à côté d’une grande montagne, du feuillage luxuriant et une église ancienne au bord d’une falaise.

À cet endroit, l’architecture et la nature se mêlent pour créer un paysage qui est à la fois créé par l’homme et divinement inspiré.

Une éruption volcanique

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.10.24
Photo Credit: natgeo
Photo Credit: natgeo

Il y a longtemps, un volcan est entré en éruption et l’écoulement de lave a bloqué la bouche du lac Van. Ce lac est situé à une altitude élevée : 5 380 pieds au-dessus du niveau de la mer. L’eau se gèle habituellement à ce niveau, mais le lac Van est assez salé pour rester fluide, même lorsqu’il est entouré de neige.

Est-il possible que ce qui se trouve au fond du lac s’y soit logé en raison du volcan ?

Une marée montante

lake-van-historical-discovery-02
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

Le lac Van est né il y a plus de 600 000 ans. Comme vous pouvez imaginer, la Terre était bien différente à cette époque. Le niveau de l’eau est monté depuis la formation de ce lac.

On n’écarte pas la possibilité que l’objet au fond de l’océan ait été sur la terre ferme à un moment donné, mais la montée des eaux a fini par submerger la structure. On ne saura peut-être jamais la raison pour laquelle ce lac contient tant de secrets.

Un trésor caché

download (2)
Photo Credit: natgeo
Photo Credit: natgeo

L’âge du lac Van a toujours fasciné les scientifiques. Les gens étudient ce lac depuis des décennies afin d’en apprendre plus sur son histoire et son ontologie.

Les scientifiques se concentrent plutôt sur la chimie et la géographie du lac, alors ils n’ont pas remarqué cette structure gigantesque au fond du lac Van. Si un évènement charnier ne s’est pas passé, on n’aurait peut-être jamais découvert cette structure.

Un royaume ancien

tumblr_n6qz6wuow01qgfba4o1_400
Photo Credit: natgeo
Photo Credit: natgeo

Les cartes du 9e siècle ressemblent beaucoup à celles d’aujourd’hui. Vous pouvez voir ici que le lac Van était à l’époque très proche de Tushpa, la capitale d’Urartu. Pendant l’âge de fer, Urartu était un royaume prospère.

Le royaume a existé entre 860 à 560 BC avant J.-C, au moins, selon la légende. Cependant, il n’y a aucune preuve physique de l’existence de ce royaume. Aucune preuve jusqu’ici.

Une nouvelle expédition

lake-van-historical-discovery-03
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

En 2017, un groupe d’archéologues, d’historiens et de photographes a voyagé au lac Van croyant qu’ils allaient y découvrir quelque chose d’incroyable. Ils ont entendu parlés d’histoires de royaume ancien et des structures qu’il a laissées derrière. Mais ils ne savaient pas si elles étaient vraies ou non.

L’équipe a raisonné qu’ils devraient au moins explorer la région. S’ils ne s’y trouvaient rien, ils auraient au moins appris quelque chose de nouveau sur le lac.

Une mission précédente

Screen-Shot-2019-01-08-at-13.19.18
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Ce lac existe depuis des milliers d’années. Les explorateurs et les chercheurs ont donc conclu qu’il devrait exister quelque chose au fond du lac. Ils ont prévu d’y passer des semaines de recherche de preuves de ce royaume ancien.

Dans les années 1950 et 1960, les chercheurs avaient une mission semblable. Cette fois-ci, ils ont réussi à découvrir quelque chose d’intéressant. Continuez à lire afin de savoir ce qu’ils ont trouvé.

Un nouveau coup d’oeil sur un vieux site

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.11.22
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Dans les années 1950, les scientifiques étaient au courant de l’existence d’une structure ancienne au fond du lac Van. Ils ont appris que la structure a été construite durant le Moyen Âge, entre les années 476 et 1450. Dans les années 1950 et 1960, les scientifiques n’avaient pas accès à la technologie d’aujourd’hui, qui a aidé à faire ce genre de découvertes.

Lors de la deuxième expédition en 2017, les scientifiques ont réussi à découvrir beaucoup plus que leurs homologues dans le passé.

Une équipe de rêve

lake-van-historical-discovery-04
Ozkan Bilgin/Anadolu Agency/Getty Images
Ozkan Bilgin/Anadolu Agency/Getty Images

Ce groupe d’archéologues, de photographes et de chercheurs s’est uni avec les meilleurs plongeurs de la région. L’université Yan Yüzüncü Yıl a réuni l’équipe. L’université versait des fonds à une évacuation sous l’eau liée au lac Van.

Cette équipe est partie étudier ce lac profond et ancien. À son insu, elle allait faire une découverte qui illuminera l’histoire de tout un peuple.

La ville perdue

Ruins-of-Armenian-castle-lake-Van
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Ce lac a attiré les explorateurs depuis des décennies. Les gens y viennent pour rechercher une ville perdue depuis longtemps, comme Atlantide. Les plongeurs ont trouvé de vieilles bouteilles, des morceaux de verre, des pierres intéressantes, mais pas de preuve d’une civilisation perdue.

Cette équipe de chercheurs ne s’attendait pas à trouver quelque chose d’aussi merveilleux qu’Atlantide. Ils ont été donc sous le choc lorsqu’ils ont fait cette découverte.

Une incroyable découverte

Screen-Shot-2019-01-03-at-16.27.16
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Les chercheurs ont mis leur combinaison de plongée et ont préparé leurs appareils photo. Ils ont plongé dans les profondeurs du lac Van, où ils ont trouvé le royaume perdu.

Tout le monde était ému parce qu’il comprenait la signification de cette découverte. Ils espéraient découvrir quelque chose d’intéressant, mais localiser un bâtiment vieux de 3 000 ans était au-delà de toute attente. Leur plongée allait éclaircir des pans de l’histoire ancienne.

Chercher pour découvrir

Screen-Shot-2019-01-03-at-16.27.23
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Au fond du lac se trouvait un grand château qui a été parfaitement préservé par l’eau salée, même après toutes ces années. Les plongeurs et les chercheurs avaient cherché sans relâche, et ce château en était la récompense. C’était un moment qu’ils n’oublieraient jamais.

Le chef de l’équipe, Tahsin Ceylan, avait un autre objectif en tête. Cette découverte l’a surtout étonné.

Qui se cache dans les profondeurs du lac ?

Screen-Shot-2019-01-08-at-13.15.57
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Ceylan ne cherchait pas un château. Il cherchait un monstre. Une rumeur qui courait depuis des siècles racontait qu’une créature mythique vive au lac Van.

Ceylan a dit: « Il y avait une rumeur qu’il existerait quelque chose sous l’eau, mais la plupart des archéologues et des représentants de musée nous ont dit que nous n’allions rien trouver. » Ceylan est-il sur la bonne piste ?

La taille de l’objet

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.07.29
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Au fond du lac, un château ancien s’y tenait comme s’il était sur la terre ferme. Il était dans un état impeccable. Les membres de l’équipe se demandaient comment le château a fini par se trouver au fond d’un lac — ils ont donc commencé à examiner des indices.

Les murs étaient quatre mètres de haut et la structure était environ un kilomètre de large. Les chercheurs ne comprenaient pas comment un château aussi grand avait pu apparaître au fond d’un lac sans traces de ce qui s’est passé.

Une réponse après plusieurs années de questions

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.07.36
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Ce château semblait être la preuve que le royaume perdu depuis longtemps d’Urartu a véritablement existé. L’équipe a déterré de nouvelles preuves qui pourraient apprendre aux chercheurs beaucoup de nouvelles choses sur l’âge de fer.

La région entourant le lac était aussi connue comme le royaume de Van. Il a existé du 9e au 6e siècle av. J.-C. Les scientifiques de l’équipe ont émis l’hypothèque qu’un niveau des eaux montant a détruit le royaume.

En apprendre plus sur les urartéen

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.08.03
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Les scientifiques croyaient que le niveau des eaux était beaucoup plus bas lorsque le peuple urartéen a construit son premier château. Le peuple a dû penser qu’un endroit à côté d’une source d’eau était idéal, même si l’eau était saumâtre.

Il y a probablement plus de structures urartéenes au fond du lac Van, ce qui signifie que l’on doit continuer à explorer.

Tenant compte des chiffres

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.08.45
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Quelques pièces du château étaient toujours solides, alors que certains murs s’étaient désintégrés en un amas de pierres. Des morceaux du château et de la ville qui l’entourait se trouvaient éparpillés sur la côte du lac.

Les scientifiques ont commencé à analyser des données quantifiables. Ils ont mesuré tous les murs encore intacts et se sont demandé à quelle profondeur ils étaient logés dans le fond de la mer. Plus ils faisaient des découverts, plus les questions se multipliaient.

À qui appartenait ce château ?

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.09.23
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

La découverte du château a résolu plusieurs débats, mais elle en a entrainé d’autres. L’équipe voulait en apprendre plus sur le peuple qui avait construit ce château. Elle voulait également découvrir qui habitait ce château avant qu’il ne soit submergé.

Après avoir examiné les murs pendant un certain temps, l’équipe de Ceylan a découvert un dessin d’un lion gravé dans la roche.

Des avis contraire

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.09.36
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Lorsque Urartu était encore un royaume prospère, ses habitants considéraient le lion comme leur symbole. D’abord, les archéologues croyaient qu’il s’agissait d’une preuve irréfutable que cette structure était un château urartéen, mais un autre archéologue appelé Geoffrey Summers avait un avis contraire.

Il a dit : « Tenez, il semble plus médiéval. Je ne crois pas qu’il vienne du royaume urartéen. » Si Geoffrey a raison, le château a peut-être existé (en dehors du lac) au Moyen Âge.

Plus de spécialistes

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.12.19
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Les chercheurs ont déterminé que quelques pierres dont les urartéen se sont servis pour construire leur château étaient d’abord utilisées durant la période médiévale. Les urartéen ont recyclé ces matériaux des anciennes structures.

Un professeur d’archéologie à l’université Marmara a dit : “Les murs semblent médiévaux ou de la basse Antiquité plutôt que urartéennes. Les urartéens n’ont jamais employé de matériel entre les murs en pierre afin de les relier.” à cette étape de la mission, tout le monde semblait avoir une idée différente concernant l’origine du château.

Le spécialiste du lac Van

Screen-Shot-2019-01-03-at-17.15.12
Photo Credit: Anadolu
Photo Credit: Anadolu

Un chercheur assez célèbre appelé P. Hulin a publié un rapport sur les mystères anciens entourant le lac Van. Il a écrit : « Un mur impressionnant qui date d’avant l’époque des urartéens se trouve sous le lac. » Quelques experts pensent donc qu’il s’agit d’un château urartéen, d’autres, un château préurartéen en enfin quelques-uns le croit posturartéen. Qui a raison ?

P. Hulin avait d’autres choses intéressantes à partager à propos de château mystérieux.

L’écriture sur le mur

lake-van-historical-discovery-05
Prisma/UIG via Getty Images
Prisma/UIG via Getty Images

Au cours de ses recherches, Hulin a découvert des inscriptions sur des objets anciens trouvés autour du lac Van. Elles parlaient d’un roi urartéen, Rusa. Le problème était que ces inscriptions avaient subi les ravages du temps. Elles ne sont pas aussi lisibles qu’elles l’étaient autrefois.

Hulin allait utiliser des méthodes plus indiscrètes pour pouvoir découvrir ce qui avait été écrit sur ces pierres.

Rusa le Conquérant

lake-van-historical-discovery-06
Ozkan Bilgin/Anadolu Agency/Getty Images
Ozkan Bilgin/Anadolu Agency/Getty Images

Le roi Rusa est monté sur le trône d’Urartu après la mort de son père, le roi Sarduri II. Lorsque son père était vivant, Rusa était avait élargi le royaume d’Urartu. Pendant cette période, il a pris le contrôle de plusieurs territoires anatoliens.

Une fois que Rusa était roi, ses jours de conquête sont revenus le hanter. Il est difficile de conquérir le territoire d’autrui sans provoquer de la rancune. Il y aurait des conséquences à l’horizon.

Un nouveau roi

lake-van-historical-discovery-07
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

Le roi Russa étant sur le trône, les Assyriens avaient une idée. Ils ont désigné un nouveau roi appelé Tiglath-Pileser II. Ce roi a ordonné à son peuple de se regrouper, de fusionner ses forces et de se préparer pour la guerre.

Il allait reprendre la terre qui lui avait été volée. Il n’allait pas être un roi faible comme celui qui l’a précédé. Il était prêt à se battre.

Une bataille de pouvoir

lake-van-historical-discovery-09
DeAgostini/Getty Images
DeAgostini/Getty Images

Le roi Tiglath-Pileser III préparait ses sujets fidèles à reprendre le territoire que le père du roi Rusa avait conquis quand il était au pouvoir. Quelques chercheurs pensent que le château a sombré dans le lac à ce moment. Peut-être qu’une bataille a éclaté et le château a été complètement déplacé.

On ne saura peut-être jamais ce qui s’est vraiment passé, mais on peut vérifier toutes ces théories à l’aide de preuves trouvées dans le lac.

Un combat jusqu’à la fin

lake-van-historical-discovery-11
CM Dixon/Print Collector/Getty Images
CM Dixon/Print Collector/Getty Images

Lorsque le roi Rusa a hérité le royaume urartéen de son père, il a dû immédiatement se battre contre les troupes du roi Tiglath-Pileser III. Ces soldats s’étaient entraînés farouchement pour cette bataille, et il était évident que rien sauf la force ne les empêcherait de reprendre leur territoire.

Des disputes sur la possession de terres ont dominé de larges pans de l’histoire (et les nouvelles actuelles, si vous y réfléchissez. La terre a toujours entraîné le pouvoir, et les gens ont toujours convoité ce dernier.

Travailler dur en vaut la peine

lake-van-historical-discovery-12
Werner Forman/Universal Images Group/Getty Images
Werner Forman/Universal Images Group/Getty Images

Le royaume urartéen a subi de nombreuses invasions, et il a dû se rebâtir encore et encore. Après toutes ces batailles, le royaume commençait à se désintégrer, car il avait besoin de plus en plus de ressources pour se réparer.

L’armée du roi Tiglath-Pileser détruisait petit à petit le royaume urartéen. Elle constatait que ses efforts en valaient la peine et croyait que la patience emmènerait la chute du royaume. Le territoire serait alors à elle.

Les urartéen avouent leur défaite

lake-van-historical-discovery-08
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

Le peuple urartéen souffrait. Il manquait d’argent et de ressources et il ne pouvait pas se défendre. Il a enfin dû avouer sa défaite. Le peuple urartéen a cédé ses terres et ses châteaux au peuple d’Assyrie.

Le roi Rusa a passé une grande partie de son règne en guerre contre les Assyriens. En fin de compte, il a perdu son royaume et son esprit. Il ne pouvait pas garder la terre qu’il avait conquise et il se sentait complètement vaincu.

Les recherches se poursuivent

lake-van-historical-discovery-10
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images
Ali Ihsan Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

La découverte d’un château ancien au fond du lac Van a attiré plusieurs scientifiques, archéologues, chercheurs et plongeurs. Tout le monde était déterminé à en découvrir plus sur cette structure mystérieuse et à comprendre comment elle s’était retrouvée dans un lac.

Il y a tant de choses à découvrir sur cet objet géant ancien. On espère que les experts parviendront à un accord pour pouvoir nous donner plus de renseignements sur le peuple urartéen et son royaume.

Tout a commencé avec une ballade ordinaire

151316_Hjarn-94759
Visitjuelsminde.dk
Visitjuelsminde.dk

Parfois, on est simplement au bon endroit au bon moment. L’expérience de Terese Refsgaard, assistante dentaire et passionnée d’archéologie, est la preuve. Bien qu’elle ne travaille pas comme archéologue professionnelle, Refsgaard est quand même parvenue à découvrir quelque chose si incroyable qu’elle a stupéfié les chercheurs et les archéologues.

Terese Refsgaard se promenait tout le temps. Mais étant amatrice d’archéologie, elle était souvent à la recherche de trésor. Lors de l’une de ces promenades, elle a découvert quelque chose d’incroyable que la plupart croyaient perdu depuis longtemps.

Voici Terese Refsgaard

hjarno discovery
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Terese Refsgaard travaille comme assistante dentaire, mais elle s’est toujours intéressée à l’archéologie. Depuis qu’elle était toute petite, elle adorait explorer, elle etait une fille curieuse. Dans sa jeunesse, Refsgaard a passé son temps libre à regarder des pierres qui semblaient différentes des autres et à imaginer qu’elles contenaient des traces d’autrefois.

Sa curiosité l’a menée à faire une découverte dans un marécage qui étonnerait tout le monde. Lorsque sa découverte s’est fait connaître, des archéologues professionnels sont intervenus afin d’examiner convenablement sa découverte.

L’archéologie était son passe-temps

hjarno discovery 2
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Terese Refsgaard n’aurait jamais imaginé que son passetemps comme archéologue amateur la mènerait ici. Lorsqu’elle avait du temps libre, Terese avait l’habitude d’explorer le monde, car elle aimait trouver de nouvelles choses.

Alors qu’elle avait découvert certaines choses comme archéologue amateur, aucune de celles-ci n’égalerait ce qu’elle allait trouver ce jour lors de sa promenade. Ce jour-là, elle était prête à rentrer lorsqu’elle a trouvé quelque chose qui l’a épatée.

Elle faisait partie d’un groupe d’archéologie

hjarno discovery 3
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Comme archéologue amateur, Terese Refsgaard faisait partie d’un groupe qui tenait des évènements pour les amateurs comme elle. Ces évènements lui permettaient de travailler sur de vrais sites d’archéologie. Elle a appris beaucoup de choses de ses amis tout en acquérant de l’expérience en matière de recherche sur le terrain auquel elle n’aurait pas accès toute seule.

Grâce aux connaissances qu’elle avait acquises au sein de ce groupe, elle était capable de déterrer correctement ce qu’elle a trouvé. Ce qu’elle a trouvé ce jour-là liait le passé au présent, fournissant des réponses dont on avait grandement besoin.

Pourquoi Hjarnø ?

hjarno discovery 4
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Hjarnø est une petite île danoise se situant sur la côte de Jutland dans la municipalité de Hedensted. L’île est de 1,4 km de long avec une superficie de 3,2 km² . La population est de 104. Il y avait une raison pour laquelle Terese Refsgaard était sur cette petite île.

L’île est connue pour ses objets anciens comme les têtes de flèches. Cependant, Refsgaard n’y était pas intéressée. Elle voulait découvrir quelque chose de plus important, et elle y est parvenue.

Comme un conte de fées

hjarno discovery 5
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Enfant, on a entendu parlé des histoires dans lesquelles un personnage se promenant seul tombe sur quelque chose d’une valeur inestimable qu’il était destiné à trouver. Mais d’habitue ce ne sont que des histoires.

Cependant, dans le cas de Terese Resfgaard, ces histoires allaient devenir réalité, car le destin voulait qu’elle trouve quelque chose sur cette île. Ce qu’elle allait trouver avait été caché pendant des siècles, attendant qu’elle tombe sur lui pour le déterrer.

Décider où aller sur l’île

hjaro discovery 6
Visitjuelsminde
Visitjuelsminde

En arrivant sur la petite île de Hjarnø, Terese Refsgaard a constaté qu’elle n’était pas la seule archéologue amateur qui avait décidé d’y aller. elle a quand même decidé de bien utiliser son temps

Il y a plusieurs endroits populaires sur l’île, où de nombreuses découvertes ont été faites, mais Refsgaard savait que les autres archéologues y seraient. Elle a déduit qu’il serait plus difficile d’y trouver quelque chose — elle a donc pris un risque et s’est dirigée vers un endroit que tout le monde ignorait.

S’en aller toute seule

hjarno discovery 7
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Terese Refsgaard était au courant de la réputation de l’île : un endroit plein d’éventuelles découvertes, car de nombreux objets anciens y ont été déterrés au passé. Évidemment, elle n’était pas la seule personne qui le savait, car plusieurs qui partageaient son rêve.

Elle a décidé de ne pas suivre les autres explorateurs et s’en est allée toute seule. Sans qu’elle le sache, sa décision la conduirait à l’une des découvertes les plus incroyables de l’histoire de l’île.

Puis, quelque chose est arrivé

hjarno discovery 8
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Alors que les autres continuaient de Jetez un œil aux endroits bondés., Terese Refsgaard s’est dirige vers l’océan avec son détecteur de métal. Étant donné que cette activité était son passetemps, elle n’aurait pas été déçue de partir les mains vides.

Elle savait que si vous vous attendiez à trouver quelque chose chaque fois, ce passetemps serait démoralisant. Heureusement pour Terese, elle était au bon endroit au bon moment.

Elle était prête à travailler

hjarno discovery 9
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Grâce à son groupe d’archéologie, Terese Refsgaard connaissait les étapes nécessaires pour déterrer quelque chose qui était possiblement précieux. Elle savait qu’elle ne pouvait pas le déterrer à la hâte. Elle savait que l’affaire prendrait beaucoup de temps si elle voulait tout faire correctement.

Elle a commencé de sonder l’endroit. Elle se déplaçait lentement, et son détecteur de métal sonnait de plus en plus fort jusqu’à ce qu’elle se soit trouvée directement au-dessus de l’objet.

Creuser avec prudence

hjarno discovery 10
Owen Humphreys/PA Images via Getty Images
Owen Humphreys/PA Images via Getty Images

Une fois que Terese Refsgaard a été convaincue qu’elle se trouvait sur quelque chose qui avait de la valeur, elle savait qu’il était le moment de creuser. Mais elle s’y prenait avec beaucoup de prudence. Comme archéologue amateur, elle savait que ce n’était pas un bac à sable. Elle s’est donc mise à creuser lentement.

Elle creusait aussi lentement que possible, tentant au fur et à mesure de trouver quelque chose d’important dans le sable. Elle ne voulait pas détruire l’objet ni le manquer. Puis, elle a trouvé quelque chose.

La réalité dure

hjarno discovery 11
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Après avoir creusé méticuleusement, elle a enfin trouvé ce qu’elle recherchait. Malheureusement, ce n’était pas à quoi elle s’attendait. À son grand désespoir, tout ce qu’elle a trouvé était des débris. Riant de sa « découverte », elle envisageait d’abandonner cet endroit et de rejoindre l’un des endroits plus fréquentés.

Elle a décidé de continuer à suivre son premier plan de rester dans un endroit éloigné. Cette décision la conduirait à un morceau de l’histoire qui a étonné de nombreux chercheurs.

Elle n’abandonne pas

hjarno discovery 12
Mohssen Assanimoghaddam/picture alliance via Getty Images
Mohssen Assanimoghaddam/picture alliance via Getty Images

Bien qu’elle ait été déçue de sa « découverte », elle ne pensait pas que c’était la fin du monde. Elle ne pensait pas qu’elle allait trouver quoi que ce soit, et la possibilité de trouver quelque chose l’a poussée à continuer.

Elle savait que sa décision de poursuivre sa recherche proche de la côte était aléatoire. Mais elle allait bientôt faire l’une des plus grandes découvertes de l’île.

Tourner la page

hjarno discovery 13
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Il s’est avéré que l’endroit que Terese Refsgaard sondait n’était pas très grand, alors il ne lui a pas fallu longtemps pour faire passer son détecteur de métal sur toute la région.

Cependant, après un repos bien mérité, elle a entendu son détecteur sonner encore une fois. Elle avait trouvé quelque chose, mais elle ne le croyait pas important.

Une deuxième chance

hjarno discovery 14
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Ne perdant pas de temps, Terese Refsgaard s’est mise à creuser. D’abord, elle n’a rien trouvé, ce qui a éveillé la crainte qu’elle ne se soit trompée encore une fois.

Cependant, après avoir placé le détecteur au même endroit encore, elle s’est rendu compte qu’il s’y cachait quelque chose. Elle a déduit qu’il devait être encore plus loin de la surface qu’elle avait pensé. Elle a continué de creuser.

Une foule commence à se rassembler

hjarno discovery 15
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Après qu’elle a creusé pendant une éternité, d’autres personnes sont venues l’aider. Cependant, Terese Refsgaard ne s’est pas rendu compte que des gens venait de partout curieux de voir ce qu’elle allait découvrir. Bien qu’elle soit fatiguée, elle a continué de creuser.

Elle l’a enfin trouvé. Elle a poussé un cri de joie, ce qui a alerté d’autres personnes aux alentours. Elle tenait quelque chose alors qu’elle sautait en extase. Elle venait de faire une découverte extraordinaire.

La découverte de toute une vie

hjarno discovery 16
Velje Museums
Velje Museums

Cette archéologue amateur a découvert plus de 23 bijoux. Cependant, ce n’était pas n’importe quels bijoux, ce qui aurait été incroyable aussi. Non, ces bijoux étaient âgés de 1 500 ans.

Ceci a été confirmé par les recherches qui sont venues plus tard pour aider Terese Refsgaard à terminer ses fouilles. En plus, les bijoux ont une origine très intéressante, quelque chose que personne ne prévoyait.

L’or était vieux de plusieurs siècles

hjarno discovery 17
Velje Museums
Velje Museums

Selon Mads Ravn, directeur de recherche des musées Vejle, les bijoux que Terese Refsgaard a mis au jour remontent au VIe siècle, une époque qui précède même la période viking.

Il affirme que “Les années peuvent passer sans que les archéologues amateurs trouvent de l’or, et certains ne le font jamais, alors c’est incroyable.” Refsgaard avait réussi à accomplir l’impossible et ce n’était que le début de son aventure. Tout son monde était sur le point de bouleversé..

Il n’y avait pas que de l’or et des bijoux

hjarno discovery 18
Vejle Museums
Vejle Museums

Bien qu’elle ait d’abord trouvé des bijoux en or, ce n’était pas tout. En creusant, elle est tombée sur d’autres objets, comme des perles, des pendentifs, une aiguille et des pièces d’or qui étaient la monnaie de l’époque.

Non seulement elle a découvert quelque chose d’aussi précieux que l’or, mais sa découverte a aidé à résoudre plusieurs questions qui restaient dans la communauté archéologique. Sa découverte est considérée comme l’une des plus importantes de la région de tous les temps.

Lien avec l’Empire romain

hjarno discovery 19
Vejle Museums
Vejle Museums

Bien que ce soit Terese Refsgaard qui ait elle-même fait cette découverte sans l’aide de professionnels, elle avait du mal à reconnaître ce qu’elle avait découvert. Une fois étudié par des chercheurs professionnels, il s’est révélé que 27 des 32 pièces découvertes se composaient d’or pur.

Le chef chercheur, Mads Ravn, a expliqué que « la découverte suggère que les gens de Hjarnø étaient en contact avec l’Empire romain », ce sur quoi on ne se mettait pas toujours d’accord avant cette découverte.

Autres preuves sur l’île

hjarno discovery 20
Universal History Archive/UIG via Getty Images
Universal History Archive/UIG via Getty Images

Même si la découverte de Terese Refsgaard est l’une des plus importantes de l’histoire de l’île, il y a tout de même bien d’autres preuves qui pointent vers la Rome Antique. Cependant, sa découverte a aidé à solidifier l’idée que l’île avait autrefois une communication avec l’Ancien Empire.

Les gens ont aussi trouvé d’autres types d’artéfacts, y compris des flèches qui se sont probablement échouées sur la rive et ensuite enfouies dans les roches sédimentaires. Ce n’est que plus tard qu’ils sont excavés par des personnes comme Refsgaard.

Utilisé en tant qu’offrande

hjarno discovery 21
Vejle Museums
Vejle Museums

Apparemment, selon certains scientifiques et archéologues, il est fort possible que l’or et les autres artéfacts trouvés sur Hjarnø soient des offrandes visant à apaiser des « dieux en colère ». Bien des gens sont convaincus de cette hypothèse, car c’est l’une de celles qui ont le plus de sens si l’on tient compte du fait que l’or est demeuré inexploré pendant si longtemps.

En outre, la raison pour laquelle l’île aurait de l’or romain et d’autres marchandises dans une telle proximité ne pouvait que signifier qu’ils ont été mis là-bas par exprès.

Autre liaison romaine

hjarno discovery 22
Vejle Museums
Vejle Museums

Ravn a discuté plus en détail du lien avec les Romains en déclarant que « les personnes liées aux Romains ont probablement participé aux incursions là-bas, donc notre découverte est un petit héritage d’une période agitée de l’histoire mondiale où l’or parle bien sa langue claire ».

L’or était régulièrement utilisé comme une offrande à leurs dieux parce qu’ils le trouvaient important pour eux-mêmes, alors ils ont supposé que leurs dieux le trouveraient tout aussi attirant. Ainsi, l’or était souvent utilisé comme une forme de « sacrifice » pour les apaiser.

Leurs schémas étaient aussi très romains

hjarno discovery 23
Vejle Museums
Vejle Museums

De plus, on pense que l’or est romain en raison des motifs et des dessins sur les bijoux qui sont décrits comme « En tant qu’artisanat, ils sont complètement uniques, avec des marques en or qui forment presque des spirales […] Cela est la preuve d’un haut degré d’adresse. »

Les Romains savaient déjà travailler avec l’or depuis le VIe siècle, et les motifs correspondent à ceux trouvés à Rome ; il est donc logique que l’or soit d’origine romaine.

Plus de gens soutiennent la théorie de l’offrande

hjarno discovery 24
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Tandis qu’au début, on pensait que l’or découvert pouvait avoir été une offrande aux dieux, avec le temps, de plus en plus de gens ont commencé à soutenir cette idée. Par exemple, un chercheur qui écrit pour Phys.org a également fait des commentaires au sujet de cette théorie.

Il déclare : « Nous pensons que c’était une offrande classique faite dans l’espoir que les dieux puissent aider ceux qui ont enterré le trésor dans un moment difficile. Et nous savons qu’elle date du 6e siècle. »

À quoi servait l’offrande ?

hjarno discovery 25
OSCAR RIVERA/AFP/Getty Images
OSCAR RIVERA/AFP/Getty Images

Étant donné la période de temps du trésor trouvé, on pense que l’offrande a peut-être été le résultat de l’éruption du volcan El Salvador qui a eu lieu à peu près à la même époque. Pourtant, les chercheurs n’en sont pas tout à fait sûrs.

Phys.org écrit : « Était-ce pour apaiser les dieux en colère et mettre fin aux étés misérables et aux cieux sombres qui ont suivi l’éruption du volcan El Salvador ? Ou était-ce grâce à l’effondrement ultime de l’Empire romain d’Occident quelques décennies plus tôt, où l’or a été apporté au Danemark par le retour de nouveaux aristocrates riches, c’est qui a défini une nouvelle pratique rituelle et religieuse basée sur les dieux nordiques ? Nous ne savons pas. »

Au sujet du volcan

hjarno discovery 26
Marco Restivo / Barcroft Media via Getty Images
Marco Restivo / Barcroft Media via Getty Images

Apparemment, l’éruption dont parlait le chercheur était un volcan qui a éclaté au Salvador et qui a tué immédiatement plus de 100 000 personnes et en a déraciné plus de 400 000 d’autres, selon les estimations.

L’éruption du volcan a été si massive qu’elle a touché non seulement le Salvador, mais aussi des régions du monde entier. Les effets du volcan se sont également manifestés pendant des années après l’éruption initiale.

C’était écrit dans l’histoire

hjarno discovery 27
Ed Wray/Getty Images
Ed Wray/Getty Images

Il est intéressant de noter que, selon l’historien byzantin Procopius, le ciel a été rempli de cendres pendant plus d’un an après l’éruption du volcan. Même dans des endroits aussi éloignés que l’Empire byzantin.

Procopius écrit : « Le soleil produisit sa lumière sans éclat, et il ressemblait beaucoup au soleil en éclipse, car les rayons qu’il émettait n’étaient pas clairs ». Après avoir analysé l’éruption à l’aide de la science moderne, le volcan est considéré comme l’un des volcans les plus violents et les plus détruisant de toute l’histoire.

L’éruption a conduit à des changements climatiques

hjarno discovery 28
Pitaya Filmes/ Barcroft Images / Barcroft Media via Getty Images
Pitaya Filmes/ Barcroft Images / Barcroft Media via Getty Images

Les recherches nous disent que la catastrophe naturelle a provoqué des dégâts assez massifs pour affecter instantanément une grande partie de la planète, mais a aussi déclenché des changements climatiques dans les années suivantes. On pense qu’au Danemark, les étés auraient été médiocres et les récoltes auraient été mauvaises, ce qui aurait rendu la survie extrêmement difficile pendant cette période.

Diverses sources romaines décrivaient le soleil comme étant sombres pendant la journée et, selon la chronique syriaque du VIe siècle, il y avait « un grand désespoir parmi le peuple ». Cela aurait pu mener à l’offrande de l’or pour de meilleures récoltes et la survie de leur peuple.

Les artéfacts peuvent être vus dans un musée

hjarno discovery 29
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Aujourd’hui, les découvertes de Terese Refsgaard sont encore souvent étudiées par les archéologues et les chercheurs. Les gens viennent du monde entier et espèrent pouvoir observer cette découverte étonnante de leurs yeux et l’étudier eux-mêmes.

L’or était exposé au musée de Vejle et au musée de l’histoire culturelle, jusqu’en janvier 2019. Ils ont ensuite été transférés au Musée national du Danemark à Copenhague. Ils sont ouverts au public.

Refsgaard est fière d’elle-même

hjarno discovery 30
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Toujours sous le choc de sa découverte, Terese Refsgaard a avoué qu’elle est très fière de ses exploits. D’innombrables chercheurs et archéologues lui ont dit que ce qu’elle a fait était carrément un miracle.

Elle n’a pas seulement trouvé de l’or, elle a aussi aidé à combler des trous dans l’histoire qui étaient auparavant inconnus. Cette découverte a amélioré sa vie, l’a qualifiée comme archéologue alors qu’elle était amateur avant, faisant en sorte que toutes ses heures de travail en valent bien la peine.

Réfsgaard Aujourd’hui

hjarno discovery 31
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

À la suite d’une découverte incroyable, Terese Refsgaard a collaboré avec des musées et d’autres chercheurs pour comprendre ce qu’elle a trouvé. Elle a ensuite passé un peu de temps sous les feux de la rampe à raconter son histoire et à expliquer sa signification.

Cependant, elle travaille toujours dans son domaine original de dentiste bien qu’elle soit encore passionnée par l’archéologie. Elle sait qu’il y a encore plein d’autres choses à découvrir dans le monde et elle ne compte pas se résigner de sitôt. Bien qu’elle sache qu’elle ne battra jamais sa découverte précédente, cela ne l’empêche pas d’essayer.

L’impact de sa découverte

hjarno discovery 32
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Oui, Terese Refsgaard n’a peut-être trouvé qu’un trésor enfoui depuis longtemps, mais les scientifiques, les chercheurs et les historiens tous trouvent que le trésor est beaucoup plus important qu’on le pense. Pour eux, Refsgaard a contribué à la compréhension des peuples et des cultures anciennes. Elle a aidé à fournir des réponses pour savoir qui communiquait avec qui, et pourquoi les autres faisaient ce qu’ils faisaient.

Sa découverte a fourni aux chercheurs un des éléments perdus qui leur a permis d’approfondir leur connaissance du passé. De nombreuses questions ont trouvé réponse grâce à Refsgaard et à son détecteur de métaux.

En réfléchissant à son histoire

hjarno discovery 33
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Si la découverte de quelques pièces d’or par Terese Refsgaard sur la petite île de Hjarnø a eu un impact si incroyable sur notre façon de voir l’histoire, cela relativise notre méconnaissance de l’histoire entière. De plus, puisqu’elle a trouvé son trésor dans un endroit où personne d’autre ne le cherchait, peut-être on a besoin de réévaluer où l’on pense que les vestiges du passé se localisent.

On peut croire avoir beaucoup de connaissances sur le passé, mais en réalité, on en sait probablement beaucoup moins qu’on ne le pense. Mais c’est aux chercheurs et aux amateurs comme Refsgaard de nous aider à en apprendre davantage.

Elle a hâte de partager ses conclusions

hjarno discovery 34
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Début 2019, une nouvelle exposition intitulée « Guld & Koas » a été lancée au Danemark. Les découvertes d’or de Refsgaard ont y été présentées. Elle a été ravie de pouvoir partager ses découvertes avec le monde. Traduit en français, Refsgaard a écrit : « Les archéologues les plus gentils et les plus brillants ont y été du début à la fin. ».

« Ce voyage a été long, difficile, excitant et confidentiel, et a coûté cher en sueur et en larmes, et maintenant tout cela a abouti à une belle exposition pour enfants et adultes », a-t-elle ajouté. Elle n’arrivait pas à croire que l’humoriste/journaliste/auteur Anders Lund Madsen s’y soit aussi assiste pour y jeter un coup d’œil.

Elle s’est demandé si elle aurait dû rester anonyme.

hjarno discovery 35
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Les conclusions de Refsgaard lui ont valu beaucoup d’attention et, comme la plupart des gens qui sont sous les projecteurs, elle se demande si les gens qui ont envie d’être amis avec elle le sont pour une raison égoïste. Elle est allée même jusqu’à se demander sur Facebook si elle aurait dû inclure.

Traduite du néerlandais, elle a déclaré : « Tout le monde veut sa part du gâteau. Voilà le résultat d’être stupide, naïf et crédule ! Eh bien, tu deviens plus intelligent. À l’avenir, je serai 100 % anonyme en ce qui concerne mes découvertes. Vous savez au fond de vous-même ce que vous avez trouvé. »

Elle est fière d’être danoise

hjarno discovery 36
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Les Danois ne font pas les grands titres aussi souvent qu’ils le voudraient bien. Avec une population de 5,77 millions d’habitants, il y a moins de personnes au Danemark qu’à New York. Ainsi, lorsque les nouvelles de la découverte d’or de Refsgaard se sont répandues, elle n’était pas seulement fière d’elle, mais aussi de représenter son pays.

Elle a déclaré : « Je garde un grand secret depuis mai 2016 et c’est avec fierté et humilité que je peux enfin, enfin, partager une phrase bien méritée et la présenter au peuple danois ».

Elle a une bande de fans

hjarno discovery 37
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Nombreuses sont les personnes qui admirent le travail de Refsgaard et son attitude positive. Elle s’est fait des amis sur Facebook qui aiment suivre ses expositions et sa vie. Plusieurs écrivent des commentaires positifs sur ses articles comme ” Vous réussissez bien et trouvez des choses captivantes et importantes qui seraient autrement oubliées de notre histoire “.

Et, “Puis-je venir avec vous une fois ? Je suis prêt à trouver de l’or.” Elle prend toujours le temps de répondre aux commentaires et aux questions.

Elle fascine les gens par l’archéologie

hjarno discovery 38
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Certaines personnes s’intéressent vraiment à l’archéologie, mais la population en général n’y songe pas beaucoup. Il est rare que l’on découvre des pièces importantes de l’histoire, de nombreux archéologues passent même des décennies sans jamais rien trouver d’extraordinaire.

Refsgaard a réussi à intéresser les gens à ce qui est caché en sous-sol. Les gens suivent les explications de ses conclusions avec intérêt. Il est clair que Refsgaard est passionnée par son loisir et qu’elle a inspiré bien des gens avec.

Elle s’estime chanceuse

hjarno discovery 39
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook
Terese Frydensberg Refsgaard / Facebook

Quand les adeptes de Refsgaard se montrent enthousiastes à l’idée de trouver de l’or et veulent savoir si elle a trouvé quelque chose de nouveau, elle se dépêche de leur rappeler qu’il est extrêmement rare et spécial de faire une découverte comme elle l’a fait à Hjarnø.

Elle a dit à un fan : « Ça ne se suspend pas aux arbres comme ça. Beaucoup ont passé 30 à 40 ans à la recherche et n’ont jamais trouvé d’or ancien. » Elle a également déclaré : « Imaginez que vous étiez assez chanceux pour pouvoir contribuer à l’histoire du Danemark. D’autres résultats suivront…. »